top of page

JIL

Je joue - Je gagne - Je partage

Balle de tennis
Bénévoles caritatifs

JIL :
jouer, s'impliquer, léguer

Ce sont aussi les initiales d’une petite fille de 9 ans qui rêve de devenir une joueuse de tennis professionnelle. Mais son rêve est encore bien plus grand. Son rêve, JIL ne veut pas le vivre seule. Elle veut le partager. Désormais quand JIL prend sa raquette, elle joue, elle gagne et elle partage...

Parce que le tennis est un sport individuel où elle se retrouve, la plupart du temps, seule face à son adversaire, seule sur sa moitié de terrain, seule sur son siège entre deux sets, seule dans sa tête, JIL aspire à dépasser les limites de son sport.

JOUER

Pâtisserie emballée

S'IMPLIQUER

Très sensible à la société qui l’entoure, JIL ne comprend pas pourquoi, dans les rues de sa ville, sur ses trottoirs, sous ses abris-bus, près de ses feux tricolores, elle y croise souvent une femme, un homme,  un enfant, qui n’a pas de domicile ni assez de ressources pour se nourrir. Eux aussi sont seuls. Seuls face au monde qui les entoure, seuls parce qu’ils ne parlent pas la même langue, seuls dans leurs parcours, seuls face à leurs difficultés. Depuis qu’elle est toute petite, JIL s’est toujours intéressée à eux. Un regard, un sourire, un dessin, une pièce, jamais elle ne les a ignorés.

Un jour, au supermarché, JIL a eu envie d’acheter quelques provisions pour ces personnes. C’est ainsi, qu’avec sa mère et son père, elle a préparé des petits sacs composés de produits de premières nécessités. Des aliments mais aussi des brosses à dents et du savon… JIL s’est mise à réunir tout ce qu’elle aurait voulu avoir si elle était à leur place. Puis, dans les rues de sa ville, sur ses trottoirs, sous ses abris-bus, près de ses feux tricolores, lorsque JIL rencontrait cette femme, cet homme ou cet enfant, elle leur offrait un sac. Leurs sourires, leurs remerciements, leurs yeux brillants ont poussé JIL à ne pas s’arrêter là.

tendre la main

LEGUER

Embarrassée de dépendre de la contribution financière de ses parents pour remplir ses sacs, JIL a souhaité s’impliquer davantage. Mais il n’est pas possible pour une petite fille de 9 ans de trouver des financements sans être dépendante d’un adulte. Après diverses réflexions avec ses proches, JIL a trouvé la solution dans son sport. Au cours de ses différents matchs, à chaque jeu gagné, elle demanderait à ses parents de lui épargner 1€ au sein d’une cagnotte qui lui permettrait de remplir ses sacs. Ainsi, même si à 9 ans JIL est contrainte de dépendre financièrement de ses parents, elle s’est sentie soudainement plus impliquée dans chacune de ses actions. Aujourd’hui JIL rêve toujours de devenir une joueuse de tennis professionnelle mais elle rêve aussi de gagner le plus de jeux possibles pour aider cette femme, cet homme ou cet enfant qu’elle croisera sur sa route. Jouer au tennis a toujours été la passion de JIL. Gagner n’est plus une simple victoire personnelle pour elle. C’est devenu un véritable partage.

bottom of page